Haute Ecole Libre Mosane

Parcours d'Alumni : Laetitia Paques

99ad55fc-192e-4413-acd5-10e534557cd6

Ce mois-ci, HELMo Alumni s’arrête sur le chemin emprunté par Laetitia Pâques, diplômée de HELMo Sainte-Julienne. Actuellement, Laetitia partage son temps entre son petit garçon, son compagnon et la cause des migrants qu’elle a rejoint récemment. Focus sur le parcours bousculé d’une alumni engagée.

Une adolescence difficile...
Laetitia passe sa scolarité en secondaire assise sur le dernier banc, près de la fenêtre et se définit comme une cancre. Elevée par sa grand mère, elle a un caractère bien trempé et son enfance ne semble pas de tout repos. En 4ème secondaire, elle quitte les bancs de l’école et enchaîne les petits jobs. Mais depuis qu’elle a 12 ans, Laetitia aimerait devenir éducatrice. Elle lit « Kevin, le révolté », « L’enfant qui ne parlait pas »,…  de Torey Hayden . Ses lectures lui confirment son intérêt pour le métier. A 18 ans, elle reprend des études pour obtenir son CESS et poursuit son cursus en promotion sociale, tout en travaillant, pour devenir Educatrice spécialisée.

Elle apprécie le secteur du handicap et en particulier l’autisme et elle trouve un boulot d’éducatrice à Spa, au Château Roseraie. Mais elle est déçue par l’institution et les conditions dans lesquelles les bénéficiaires évoluent. Elle rencontre des infirmières et découvrent la relation que celles-ci construisent avec leurs patients. Laetitia a envie de suivre leur trace. Elle reprend alors en 2009, à l’âge de 28 ans, des études d’infirmière à HELMo Sainte-Julienne.
Son parcours à HELMo…
Laetitia a réussi à se construire mais son look décalé (piercing et dreadlock), son caractère rebelle et son âge ne facilitent pas son intégration durant ses stages. La relation hiérarchique avec le maître de stage est bien différente de celle qu’elle a connu dans le milieu de la formation des éducateurs. Pourtant, elle réussit à imposer son style et son contact privilégié avec les patients confirme qu’elle a sa place dans ce métier. Malgré une première session chaotique, Laetitia s’accroche durant l’été, réussi sa seconde session et passe en deuxième. Si elle se sent mal aimée par certains, ce qu’elle vit difficilement, elle fera aussi de belles rencontres durant ses stages et l’entraide entre étudiants l’aide à passer le cap. "Je n'étais pas la seule à croiser des personnes dures. La solidarité entre étudiants permet de tenir bon", confie-t-elle. Sa troisième année est catastrophique émotionnellement car en 3 mois, elle perd son compagnon atteint d’un cancer fulgurant. Laetitia a l’impression de sombrer mais, grâce son stage au Laos, à la bienveillance et à l’humanité d’une bonne partie des enseignants de HELMo Sainte-Julienne et à un étalement sur l’année académique suivante mais surtout à la force intérieure qui l’anime, Laetitia sort diplômée Infirmière en 2013.
Ses débuts dans le monde professionnel
Quelques mois plus tard, Laetitia est embauchée comme infirmière au Petit Bourgogne et où elle travaille avec des ados. Elle tombe enceinte et demande à être transférée en horaire de jour quand elle reprend le travail. Elle travaille également dans une autre équipe qui s’occupe de patients psychotiques en hôpital de jour. Finalement son contrat prend fin.

Laetitia entreprend alors une formation comme conseillère en lactation à HELMo Sainte-Julienne et s’occupe de son fils (âgé aujourd’hui de 22 mois). A l’heure actuelle, elle cherche à nouveau un emploi qui lui permette de s’épanouir et de prendre soin de son enfant. Dans son travail, elle aimerait s’impliquer à 100 % et rencontrer les valeurs qu’elle défend.

Pourquoi elle s’engage pour la cause des migrants…
Parallèlement, l’hiver dernier, Laetitia est révoltée par l’injustice de ce qui arrive aux migrants. Elle a envie de faire quelque chose pour les aider mais se sent impuissante. Elle se renseigne auprès de la plateforme citoyenne. Après une expérience d’hébergement de 2 migrants, très enrichissante mais bouleversante, Laetitia décide avec son compagnon de s’engager pour cette cause autrement. Elle rejoint le mouvement de collecte des Colis Colibri. L’idée est d’organiser la récolte de matériel qui va servir aux migrants du Parc Maximilien où un mouvement de solidarité citoyen a vu le jour. "Les personnes s’organisent. Certaines hébergent et ont besoin de vivres ou vêtements pour venir en aide aux migrants. Rejoindre les personnes mobilisées me fait vraiment du bien. Des gens veulent faire bouger les choses, osent dire qu’ils ne sont pas d’accord. C’est important pour moi de revenir à des actes citoyens et de se rapprocher de notre humanité".

Aujourd’hui, elle pousse à nouveau les portes de HELMo pour proposer l’organisation d’une récolte au sein de la Haute Ecole. Visiblement, HELMo est sensible à cette initiative puisqu’elle accepte immédiatement.


Concrètement, la première récolte à HELMo est donc organisée.
Si justement vous n’avez pas encore fait votre nettoyage de printemps ou si simplement vous avez envie d’aider une juste cause, vous aussi, vous pouvez participer.

Quand et où déposer vos dons?
  • Jusqu'au vendredi 1er juin de 8h30 à 17h sur la Campus de l’Ourthe (Salle des Pas perdus).
  • Du 30/5 au 4/6 inclus à HELMo Sainte-Croix (au Couvent - local C023) et à HELMo ESAS (au rez-de chaussée), de 8h à 17h.
  • D’autres récoltes seront certainement organisées prochainement dans d'autres implantations.
Que déposer ?

Des objets comme smartphone en état de fonctionnement, chaussures, vêtements, sac de couchage, ...
ou
Des produits du quotidien et des vivres non périssables comme dentifrice, brosse à dent, déo, mouchoir, eau, jus de fruit, boîte de sardine, harissa, sucre, œufs, pâte à tartiner, conserve de fruits ou légumes …


Contact: Cécile Esser
Publié le : 29/05/2018