Haute Ecole Libre Mosane

Portrait : Sophie DARIMONT

681d0fc1-964f-48fc-9391-b6f81db42a9e

En ce début d'année scolaire, la Haute Ecole HELMo et les visages qui la composent bouillonent de nouveaux projets et de nouvelles missions. Le premier portrait de cette année est conscacré à Sophie Darimont, qui reprend la coordination de la spécialisation en santé communautaire de HELMo Ste-Julienne.

Sophie Darimont fait partie des premiers étudiants à avoir bénéficié de la formation en santé communautaire, il y a 20 ans déjà. Diplômée de Sainte-Julienne, elle a ensuite travaillé dans un service de promotion de la santé à l’école (PSE), avant de rejoindre une mutuelle.

C’est ensuite en maisons médicales qu’elle a fait ses armes, employée dans 2 structures et co-fondatrice d’une troisième.

En 2002, elle devient maman. Elle ne conserve alors qu’un seul lieu de travail, la  maison médicale L’Herma, pour pouvoir consacrer plus de temps à sa famille.
« L’Herma m’a permis d’associer les soins infirmiers à des projets communautaires avec les associations du quartier des Vennes : carnaval, festival de la soupe, actions sur les déchets… La vision communautaire de cette maison médicale collait parfaitement à ma vision du métier. » Elle est d’ailleurs dans l’Assemblée Générale de l’asbl depuis 2011 et a rejoint son Conseil d’Administration en 2015.

En septembre 2010, Madame Darimont rejoint la Haute Ecole à 2/10e, pour superviser des stages dans la spécialisation Santé communautaire de HELMo Sainte-Julienne. Le temps très partiel devient un mi-temps.

Dès 2011, retour sur les bancs de l’université où Sophie entame un Master en économie politique et sociale.

En 2012, elle commence à donner cours et suivre des travaux de fin d’études. Elle devient aussi responsable de groupes en 3e année de Soins infirmiers, « c’est un rôle comparable à celui d’un référent, d’un coach. La relation qu’on lie avec les étudiants est un peu privilégiée. »

En collaboration avec Jean-Marie Boulanger et Catherine Dans, Sophie s’interroge sur la place du patient à l’hôpital : par manque de temps principalement, les infirmiers privilégient les soins curatifs sans pouvoir se centrer sur la vision globale du patient. Cette réflexion devient petit à petit un projet de recherche qu’elle peut actuellement mener : «  Accompagnement éducatif en milieux hospitaliers par des infirmiers spécialisés en santé communautaire, de patients souffrants de pathologies chroniques ».
Force est de constater que les maladies chroniques sont en pleine expansion. Les hôpitaux réfléchissent donc à améliorer la prise en soins et il y a de ce fait une place à prendre dans ce processus de réflexion. Sophie Darimont voyagera prochainement au Canada pour observer les méthodes mises en place outre-Atlantique, tant dans l’enseignement qu’en milieu hospitalier.

Cette année scolaire, elle reprend avec plaisir la coordination de la spécialisation en santé communautaire, place laissée par sa collègue Catherine Dans. « J’aime les nouvelles missions et je remplace quelqu’un avec qui je m’entends bien et qui est toujours là, la transition est donc facilitée ! Et puis l’équipe de Santé com est très dynamique et motivée. » 

A l’aube de son mandat, son rêve est d’arriver à lier un peu plus la formation en santé communautaire à celle des infirmiers responsables de soins généraux, même si la spécialisation sera toujours plus spécifique. 

HELMo en un seul mot, c’est pour elle un mastodonte, mais elle souligne qu’elle apprécie d’avoir emménagé sur le Campus de l’Ourthe, où elle échange avec des profils qu’elle n’aurait sans doute pas croisés autrement.

Sophie ne se déplace jamais sans son smartphone auquel elle est devenue accro, contre toute attente. « Pas très réseaux sociaux, mais entre les news et les mails, je ne le lâche que rarement. »

Avec 2 ados à la maison, elle profite de ses cours d’aquabike et de gym pour relâcher la pression. Et dans sa vie privée aussi, la dimension communautaire lui tient à cœur : elle profite du four à pain que ses voisins mettent à disposition des gens du quartier pour échanger avec eux de manière régulière.

Ce qu’on peut lui souhaiter pour la suite ? « Que l’équipe santé com reste comme elle est, motivée, enthousiaste, preneuse de nouveaux projets. Et que mon projet de recherche nourrisse les formations Santé communautaire et Infirmier responsable de soins généraux, et inversement. »
 
 
 
 
 
 
 
 


Contact: Alice Driesen
Publié le : 29/09/2017