Haute Ecole Libre Mosane

HELMO Gramme: accréditation CTI et EUR-ACE

38c340c1-032b-4cdb-a5f3-6b5f9c40507a

Dans le cadre de l’audit qualité réalisé par l’AEQES, HELMo Gramme, à l’instar d’autres écoles d’ingénieurs industriels, a profité de l’opportunité d’être audité en même temps par la CTI (Commission des Titres d’Ingénieur).
Aussi, après le dépôt d’un dossier d’évaluation interne en août 2015 et une visite des experts en février 2016, les conclusions de la CTI viennent de nous être révélées...

L’assemblée plénière de la CTI du 13 septembre dernier a décidé de proposer l’admission par l’Etat français de la formation d’ingénieur industriel orientation Industrie de la Haute école libre Mosane (HELMo)  pour une durée de 3 années à compter du 1 septembre 2016. Le label EUR-ACE pourra être accordé, sur  demande de l’établissement, à cette formation pour la même durée.

Les explications qui suivent sont indispensables pour comprendre la portée de ces conclusions.

CTI

La CTI (Commission des Titres d'Ingénieur) est un organisme français indépendant, chargé par la loi française depuis 1934 d'évaluer toutes les formations d'ingénieur organisées en France, de développer la qualité des formations, de promouvoir le titre et le métier d'ingénieur en France et à l'étranger. La loi prévoit que la CTI puisse évaluer les formations d'ingénieurs à l'étranger, sur demande des instituts concernés.
 
La CTI a le pouvoir d’accréditer les formations évaluées, i.e. juger de leur conformité  à un référentiel établi ; la CTI est donc un organisme d’accréditation pour le titre d’ingénieur diplômé. Ces accréditations sont valables pour une période déterminée (3 ans ou 5 ans)
Le ministère français de l’enseignement supérieur habilite les formations d’ingénieurs  accréditées par la CTI sur le sol français. L’habilitation est donc l’acte qui transforme l’accréditation en disposition légale.
Pour les formations organisées à l’étranger et accréditées par la CTI, les établissements concernés, partenaires ou non d'écoles françaises, peuvent demander -par la voie diplomatique - l'admission de leurs diplômes par l'État français.
L'admission des diplômes étrangers par l'État français assure à leurs titulaires les mêmes droits en France que les écoles françaises.
 

Objectifs de la CTI

La mondialisation qui bouleverse l’économie est en train de changer la donne de l’enseignement
supérieur, et plus particulièrement la formation des ingénieurs.
Les établissements d'enseignement supérieur, dans un espace ouvert, doivent assurer à leurs
étudiants les moyens de répondre aux enjeux majeurs de demain.
 
Développement des compétences dans un environnement professionnel, culture et mobilité
internationale, esprit d'innovation acquis notamment par le contact avec la recherche et les projets en entreprise sont plus que jamais la base de la formation d'ingénieurs ; ce ne sont pas des
notions nouvelles pour les écoles d’ingénieurs, mais elles doivent travailler pour les traduire concrètement dans les formations et mettre en place une véritable démarche qualité.
 
La Commission des Titres d'Ingénieur (CTI) est au service des écoles pour les accompagner dans leur démarche de progrès et leur assurer un label de qualité internationalement reconnu ; elle souhaite aussi les appuyer dans leur politique de développement à l'étranger.
 

Exigences de la CTI

En conformité avec les objectifs repris ci-dessus, la CTI
  1. S’assure que les formations d’ingénieurs et leur recrutement diversifié répondent à la demande économique et sociale en veillant à leur caractère scientifique et professionnel ainsi qu’aux besoins des élèves
  2. Veille à l’ouverture des formations à l’innovation, à la recherche, aux entreprises et à l’international
  3. Exige de professionnaliser et de systématiser l’assurance qualité
  4. Préconise que l’analyse en termes d’acquis de l’apprentissage (learning outcomes) soit tout  d’abord fondée sur les besoins des futurs métiers auxquels sont préparés les élèves, et soit complétée par une analyse plus ouverte qui tiendra compte des évolutions de carrière des diplômés, de leur insertion plus générale encore dans la société et enfin de leur épanouissement personnel.
  5. Considère comme fondamentale l’expression des objectifs propres à chaque formation, en termes d’acquis de l’apprentissage : chaque école doit avoir clairement identifié les compétences générales et professionnelles, en concertation étroite avec les employeurs qui sont susceptibles d’embaucher ses diplômés
  6. Prône de tenir  compte également des missions sociétales, culturelles et éthiques qui incombent à l’ingénieur dans un monde où la technologie et les sciences prennent une place, chaque jour, plus importante. Dans cette approche l’école doit s’attacher à ce que ses élèves puissent également s’épanouir dans un contexte culturel, sportif et humain adapté à leur développement.
 

Label EUR-ACE


La CTI fait partie de l’association européenne ENAEE (European Network for Engineering Education) ; elle a été un des membres fondateurs du projet EUR-ACE (European Accreditation for Engineering). Ce projet a établi un système européen pour l’accréditation des formations d’ingénieurs avec les objectifs suivants :
  • fournir un label européen aux étudiants des programmes accrédités,
  • améliorer la qualité des programmes de formation d’ingénieurs,
  • faciliter la reconnaissance transnationale par les autorités compétentes,
  • faciliter les accords de reconnaissance mutuelle
Les promoteurs du programme EUR-ACE ont décidé de décerner le label EUR-ACE aux formations d’ingénieurs satisfaisant des critères de qualité reconnus en Europe.
La CTI est l’une des 7 agences européennes d’accréditation qui ont obtenu le droit à délivrer le label EUR-ACE, suite à une "accréditation par ENAEE » sanctionnant sa conformité aux standards européens pour l’accréditation des formations d’ingénieurs de niveau master.
En outre, la CTI a signé des conventions avec la Chine et le Canada afin de faciliter la reconnaissance mutuelle des formations d’ingénieurs accréditées.
 

Conclusions

L’accréditation de 3 ans accordée par la CTI à HELMo Gramme constitue  une bonne nouvelle ; elle couronne les efforts consentis par les  membres du personnel  au service du développement harmonieux de la formation d’ingénieur  en adéquation avec l'évolution de la société et en particulier du monde des entreprises.
 
Mais ce "succès" ne doit pas être considéré comme une fin en soi ; il doit être perçu comme un encouragement à continuer à aller de l'avant. A ce sujet, c'est avec impatience que nous attendons les recommandations de la CTI, car elles serviront de base à l'élaboration de pistes d'amélioration. Nous disposons de trois ans pour mettre en place toute une série de dispositifs ainsi qu'une vision stratégique claire avec pour objectif l'obtention d'une accréditation de 5 ans à l'issue de la
prochaine visite des experts de la CTI (qui devrait avoir lieu dans 2 ans et demi environ). Il s'agit de créer des conditions favorables à la pérennisation de la reconnaissance par la CTI de la finalité « Industrie ». En outre, nous profiterons de ce contexte pour introduire également une demande d’accréditation de la finalité « Génie Energétique Durable (GED) », demande qui n’a pu être introduite en 2014 par manque de recul car la finalité GED  a été créée en septembre 2013 et n’a diplômé ses premiers ingénieurs qu’en juin 2015.
 
 
C'est un défi majeur auquel HELMo Gramme est confronté ; le relever n'est pas l'apanage de quelques individualités, mais bien le fruit d’une responsabilité collective. C'est en équipe soudée, dynamique, généreuse, solidaire et créative que cet objectif sera atteint. Consciente des compétences et des potentialités des membres du personnel, la Direction entrevoit l’avenir avec confiance et espère que la démarche suivie permettra à chacune et chacun d'atteindre un plein épanouissement personnel.
 

P. Lousberg
Directeur adjoint de HELMo Gramme


Contact: Pierre Lousberg
Publié le : 30/09/2016