Haute Ecole Libre Mosane

9b22b00e-ccad-472b-873a-a625887809f9
f999cbde-c10f-4ee8-a011-dc79b7e67823

Coopération internationale

Bachelier en Coopération internationale

Téléchargez ici le programme d'études et le profil d'enseignement  actuellement en cours pour cette formation:

Télécharger le programme d'études
 


Via le tabeau ci-dessous, accédez de manière dynamique à l'ensemble des fiches descriptives de chaque "Unité d'enseignement" pour les différents blocs qui composent la formation.

Notions d'éthique et de RSE appliquées au secteur de l'économie sociale et solidaire


Cette fiche descriptive (et plus particulièrement les dispositifs d’apprentissage, le contenu ou les modalités d’évaluation) est sujette à modification en fonction de l’évolution de la situation sanitaire durant l’année académique. Toute modification à cette fiche sera immédiatement portée à la connaissance des étudiants par mailing et/ou par le forum d’annonces du cours HELMo Learn correspondant.

Informations générales

Enseignants
Responsable de l'UE :
Amélie MERNIER
Autres intervenants :

Situation dans le cursus
Institut :
Campus Guillemins
Section(s) :
Bachelier en coopération internationale
Cycle :
1er cycle
Année académique :
2020-2021
Place dans le programme :
2ème bloc
Période(s) de l'année :
1er quadrimestre

Crédits & langues
Identification de l'UE :
Nombre de crédits :
4,00
Unité obligatoire :
Volume horaire :
45,00
Niveau du CEC :
Niveau 6
Langue d'enseignement :
Français
Langue d'évaluation :
Français

Activités d'apprentissage

 Volume horaire
Economie sociale et solidaire30,00 h
Ethique et gouvernance15,00 h

Modalités exceptionnelles covid-19 :

Voir ci-dessous

Eventuelles connaissances et compétences préalables

Le cours de Economie sociale et solidaire est donné par Madame Anna SUTERA SARDO, professeur à HEPL et responsable de l'UE
Le cours de Ethique est donné par Madame Anna SUTERA SARDO, professeur à HEPL.

Pour aborder ce cours, il sera utile que l'étudiant puisse attester de plusieurs acquis :
- compréhension des concepts techniques, philosophiques et éthiques exprimés en français (bonne maîtrise du français oral et écrit);
- compréhension et analyse de concepts abstraits philosophiques, idéologiques et juridiques (maîtrise de notions éthiques, mondialisation, gouvernance, modèles économiques, etc.);
- mobilisation de savoirs et de savoirs-faires techniques (compréhension, analyse, esprit de synthèse et esprit critique).

Objectifs

Le cours d'Economie sociale et solidaire permettra à l'étudiant de comprendre et d'analyser les modèles juridiques, techniques et commerciaux qui définissent ce secteur et de comparer les modèles entre eux en Belgique, en Europe et dans les pays tiers.
Le cours d'Ethique permettra à l'étudiant de comprendre et d’analyser le développement dans une perspective éthique et de respect des valeurs.
L'étudiant devra pouvoir situer le secteur de l’Économie sociale en Belgique et dans le monde, en termes de poids économique relatif, d’emplois et de place dans l'économie réelle....
Ainsi devra-t-il être capable de :
- identifier et comparer entre eux les modèles juridiques existant en Economie sociale et proposer des exemples actuels et innovants en la matière;
- mettre en évidence le caractère éthique ou non de l’économie globale vs solidaire;
- faire apparaître les paradoxes de l’économie sociale au cœur de l’économie de marché;
- comprendre les implications financières et fiscales de l’économie sociale ;
- différencier économie sociale et économie collaborative (mutualisation de l’offre en vue d’une diminution de la demande);
- identifier les modèles d’Économies solidaires à travers le monde et comparer les modèles entre eux (approches positives/approches négatives – application de critères éthiques en Economie solidaire);
- être capable de définir et de comprendre les principes d’éthique et de gouvernance appliqués aux ONG de développement;
- identifier les mécanismes de la Responsabilité sociale des entreprises;
- comprendre les principes du commerce équitable et de la labellisation et identifier les critères éthiques inhérents à ce type spécifique d’approche commerciale;
- aborder sans fard les questions économiques liées à la bioéthique ;
- illustrer par des exemples personnels (ou établis en groupe), les notions vues en cours.
 

Acquis d'apprentissage (AA) et compétences

La contribution de cette U.E. au profil d’enseignement sont en matière de compétences de :
1. S’insérer dans son milieu professionnel et s'adapter à son évolution
  • s’adapter aux contextes historiques et actuels;
  • adopter une attitude éthique en travaillantsur des valeurs et comprendre les codes déontologiques;
  • développer une approche responsable, critique et réflexive des pratiques professionnelles;
2. Communiquer : écouter, informer, conseiller tant en interne qu’en externe et
  • rédiger des synthèses et des documents structurés adaptés au destinataire
  • fédérer, négocier et argumenter
  • développer ses capacités d’orateur
  • situer les acteurs de la coopération internationale au développement, le paysage institutionnel et associatif y afférent et les outils méthodologiques utiles
  • exploiter les techniques de la recherche documentaire et les outils du traitement de l'information, notamment pour l'interprétation et la présentation des données
  • gérer des ressources humaines dans un contexte multiculturel
  • classer, ordonner, coordonner des informations (internes et externes)
3. Mobiliser les savoirs et savoir-faire techniques propres à la coopération internationale (y compris capacités à s'adapter à un environnement en constante évolution).
4. Analyser les données utiles à la réalisation de sa mission en adoptant une démarche systémique.
5. S'organiser : structurer, planifier, coordonner et gérer de manière rigoureuse les actions et les tâches liées à sa mission.
 

Contenu

Ethique et Économie : le modèle de l’Économie sociale:
A. Ethique appliquée à l’économie :
- origine de l'éthique
- éthique des entreprises : origines et évolutions sociétales
- éthique : un principe devenu "métier"
- éthique et bioéthque dans une perspective économique
- éthique en coopération internationale
- éthique, gouvernance et citoyenneté
B. Définition et portée du secteur de l’Economie sociale :
- définition(s) de l’Economie sociale;
- présentation des statuts juridiques constitutifs du secteur de l’Economie sociale: i) association ; ii) fondation ; iii) ONG ; iv) mutuelle ; v) coopérative ;
- le Code des sociétés et des associations et son impact sur le secteur associatif ;
- l’Entrepreneuriat social ;
- présentation du secteur en Belgique et en Europe
C. Définition et portée de l’Economie solidaire :
- lien entre éthique et Économie sociale et solidaire : un nouveau modèle économique ou un système économique devenu indispensable pour le développement éthique de l'économie mondiale ?
- économie solidaire et lien avec le concept plus large d’éthique et de gouvernance;
- responsabilité sociale (sociétale) des entreprises : approches, paradoxes et pièges conceptuels et de communication (Greenwashing);
- commerce équitable et inéquitable;
- économie sociale, économie circulaire, économie collaborative : points de convergence et de divergence ;
- approches européenne, américaine et expériences issues des pays émergents: tentative de comparaison.

 

Dispositif d'apprentissage

Acquis d’apprentissage spécifiques sanctionnés par l’évaluation :
- Identifier les concepts d’éthique comme notion indispensable à intégrer dans le contexte de la mondialisation, les comprendre et les appliquer
- Établir des liens entre la théorie et la réalité du terrain (vie économique)
- Tirer des enseignements critiques de l’éthique théorique et les impacts « actifs » en économie et dans le contexte spécifique de l'Economie sociale et solidaire
- Développer son esprit critique : influence des médias sur la notion d’éthique au quotidien : éthique commerciale, éthique du développement, bioéthique,…
- Mobiliser les thématiques développées en éthique en vue de leur application au secteur non marchand, en particulier (i) gouvernance de l’entreprenariat social : mode décisionnel – avantages et freins pour le développement et l’essor de l’entreprise et/ou du secteur non-marchand; (ii) gestion des entreprises sociales – définition en termes juridiques et techniques (structures juridiques de l’Economie sociale)
- Créer des liens entre l’économie de marché et l’économie solidaire (points communs, paradoxes, différences) et application des modèles vus en éthique d’entreprise pour comprendre l’impact du secteur en Belgique (sous forme de graphiques et de statistiques - poids en termes économiques (par grands secteurs) et d’emploi (emploi salarié, non salarié, volontariat, pièges à l’emploi, l’expérience des « titres-services » belges, autres exemples européens pertinents)
- Développer les concepts de citoyenneté et de gouvernance démocratique dans le cadre des entreprises solidaires
- Se positionner par rapport aux expériences d’entreprises solidaires (éthique/non éthique ? supercherie ? GreenWashing ?)
- Comparer les modèles solidaires en Europe, dans les pays les moins avancés ;
- Etre capable de créer de petits projets solidaires et éthiques à partir des modèles théoriques vus en cours, prouvant ainsi l’acquisition concrète des concepts vus.


Méthodes :
- Cours magistral - méthode participative impliquant la méthodologie suivante :
* si présentiel :
- cours ex-cathedra (base de travail) à partir du syllabus de cours ;
- supports d’accompagnement : textes, power points, matériel multimédia selon le cas ;
- lectures complémentaires ;
- débats et mise en commun au terme de l’échange professeur-étudiants.
* si distanciel :
- utilisation de la plateforme MOODLE interactive et mise à disposition de tous les supports de cours tels que portefeuille de textes, power point écrits et audio, matériel multimédia selon le cas, podcasts, vidéos,
- travaux dirigés ;
- préparation à la présentation de projets solidaires individuels ou collectifs.
 
- Travail journalier (TJ) : contributions individuelles et régulières des étudiants + présentation d’un travail de présentation permettant d’évaluer à la fois la compréhension des concepts vus en cours mais aussi l’appropriation des thématiques éthiques et solidaires visés dans l’UE.  Ce travail prend la forme d'un plaidoyer à rendre au professeur avant l'examen écrit de janvier afin de lui permettre de vérifier à la fois la maîtrise des concepts vus en cours mais aussi d'évaluer la défense d'un projet par des moyens originaux ou créatifs. Ce travail préfigure ce que pourrait être à terme une épreuve intégrée de cette UE.
 

Mode d'évaluation (y compris pondération relative)


L’évaluation se compose de plusieurs parties :
 
- Travail journalier : tant en distanciel qu’en présentiel, présentation d’un petit projet individuel ou collectif destiné à démontrer la compréhension et l’acquisition de concepts théoriques d’éthique et de solidarité. Le travail prend la forme d’un plaidoyer visant à défendre le projet auprès d’un pouvoir subsidiant potentiel.

- Examen final : vérification de l’acquisition de la matière.

L’évaluation finale d’une unité d’enseignement s’exprime sous forme d’une note  comprise entre 0 et 20.
  • La cote de l’UE (Unité d’enseignement) correspond à la moyenne arithmétique pondérée (proportionnellement aux ECTS) des cotes des diverses activités d’apprentissage qui constituent l’UE.
  • Si la cote d’au moins une des activités d’apprentissage de l’UE est inférieure ou égale à 7/20, la cote (moyenne arithmétique pondérée) attribuée à l’étudiant pour cette UE ne pourra dépasser 7/20.
  • Si la cote d’au moins une des activités d’apprentissage de l’UE est supérieure à 7/20, mais inférieure à 10/20, la cote (moyenne arithmétique pondérée) attribuée à l’étudiant pour cette UE ne pourra dépasser 9/20.

Sources, références et bibliographie

Le professeur propose une bibliographie exposée dans chacun des supports concernés.

Supports pédagogiques

1) Economie sociale et solidaire : un syllabus délivré aux étudiants et un PowerPoint illustratif si présentiel ; une batterie d’outils didactiques interactifs proposés sur la plateforme d’apprentissage MOODLE si distanciel;
2) Éthique : un PPT didactique et des textes de référence à comprendre et à expliquer tant en distanciel qu’en présentiel.

 


La colonne « Heures » représente le nombre d’heures de cours par année.
La colonne « ECTS » représente le nombre de crédits pour chaque cours, c’est-à-dire le travail total à fournir par l’étudiant pour ce cours (cours théoriques, cours pratiques, travaux de groupe, recherche en bibliothèque, étude à domicile …). Un crédit ECTS représente en moyenne 30h de travail pour l’étudiant. En savoir plus sur le système ECTS

Attention : Dans un souci constant d’amélioration, les programmes des cours peuvent varier légèrement ou fondamentalement d’une année à l’autre. Un décalage peut donc exister entre ce qui est affiché sur ce site et la réalité.