Haute Ecole Libre Mosane

9b22b00e-ccad-472b-873a-a625887809f9
f999cbde-c10f-4ee8-a011-dc79b7e67823

Coopération internationale

Bachelier en Coopération internationale

Téléchargez ici le programme d'études et le profil d'enseignement  actuellement en cours pour cette formation:

Télécharger le programme d'études
 


Via le tabeau ci-dessous, accédez de manière dynamique à l'ensemble des fiches descriptives de chaque "Unité d'enseignement" pour les différents blocs qui composent la formation.

Sociologie et gestion des ressources humaines


Cette fiche descriptive (et plus particulièrement les dispositifs d’apprentissage, le contenu ou les modalités d’évaluation) est sujette à modification en fonction de l’évolution de la situation sanitaire durant l’année académique. Toute modification à cette fiche sera immédiatement portée à la connaissance des étudiants par mailing et/ou par le forum d’annonces du cours HELMo Learn correspondant.

Informations générales

Enseignants
Responsable de l'UE :
Robin HUBLART
Autres intervenants :

Situation dans le cursus
Institut :
Campus Guillemins
Section(s) :
Bachelier en coopération internationale
Cycle :
1er cycle
Année académique :
2020-2021
Place dans le programme :
1er bloc
Période(s) de l'année :
1er quadrimestre

Crédits & langues
Identification de l'UE :
Nombre de crédits :
9,00
Unité obligatoire :
Volume horaire :
105,00
Niveau du CEC :
Aucun
Langue d'enseignement :
Français
Langue d'évaluation :
Français

Activités d'apprentissage

 Volume horaire
Approche sociologique et anthropologique du développement60,00 h
Gestion des ressources humaines dans un contexte multiculturel30,00 h
Séminaires: Soft Skills15,00 h

Modalités exceptionnelles covid-19 :

Sociologie et anthropologie du développement
 

L'évaluation: 90% examen oral (par vidéoconférence) et 10% participation aux activités de cours.

Le cours a été donné en présentiel au début du quadrimestre puis en ligne jusqu'à la fin de celui-ci, lors du passage de l'Enseignement Supérieur en code rouge. La pondération de la côte finale (90% examen oral et 10% participation aux activités de cours en présentiel/distanciel) reste inchangée. Vu les circonstances exceptionelles liées à la crise sanitaire, l'examen oral de pemière  session de janvier (voire celui de seconde session si les mesures gouvernementales du distanciel devaient être prolongées) aura t lieu à distance, selon un ordre de passe défini et via une application de vidéoconférence.

Eventuelles connaissances et compétences préalables

Le programme de cours est coorganisé entre HELMo et HEPL. Les horaires sont adaptés en conséquence.
L'AA Sociologie et anthropologie du développement est donné par Monsieur Robin HUBLART, professeur à HELMo.
L'AA GRH en contexte muticulturel est donné par Monsieur Bernard FOURNIER, professeur à HEPL.
L'AA Sémnaire Soft Skills est donné par Madame Nancy BAPTIST, professeur à HEPL

Objectifs

Cette unité d’enseignement a pour objectif de permettre aux étudiants d'appréhender les enjeux, mécanismes et logiques régissant le développement des sociétés ainsi que les relations humaines, de leur fournir les outils et capacités nécessaires à leur compréhension, leur approche critique ainsi qu'au développement d'une démarche active de compréhension et de gestion de la diversité en société et des contextes de travail en équipe. 


Sociologie et anthropologie du développement

  • Développer un regard critique sur les politiques et trajectoires de développement, les enjeux et acteurs de la coopération au développement, à l’aune de l’histoire du développement, des rapports Nord-Sud, de l’évolution des paradigmes, des acteurs et approches du développement.
  • Comprendre l’intérêt, la force et l’originalité d’une démarche d’analyse, de recherche et/ou d’expertise socio-anthropologique dans une perspective systémique.
  • Se sentir capable de déconstruire des préjugés et stéréotypes, de chercher au-delà de l’apparent et du convenu, et de créer du lien entre local et global, entre ici et là bas. 
  • Apprendre à prendre en compte les dimensions culturelles et identitaires des projets de coopération au développement. Prendre conscience des déterminismes du regard porté sur le réel, de sa grille de lecture d’autrui, des faits sociaux, des changements à l’œuvre, des conflits et difficultés.
  • Approcher les grands défis auxquels nous sommes confrontés en termes de développement, les mouvements d’action et de pensées critiques qui tendent à proposer de nouvelles visions et trajectoires pour le développement de nos sociétés.
  • Avoir envie d’en savoir plus, d’expérimenter un regard, une méthode de recherche ou expertise socio-anthropologique sur une problématique de l’actualité et/ou sur une intervention (projet/programme) de développement au Nord et/ou au Sud


Gestion des ressources humaines

Ce cours visera à doter l’étudiant de quelques compétences de base en GRH. Il s’agira de pouvoir identifier l’objet et les pratiques de GRH dans leur diversité. Le cours s’articulera autour de l’idée que la coopération des hommes est problématique et potentiellement conflictuelle. Avant d’ajouter la dimension multiculturelle en deuxième année, le cours aura pour objectif d’initier les étudiants à la diversité des contextes organisationnels et des pratiques de GRH en milieu « mono-culturel ». De cette manière, les étudiants seront invités à abandonner une vision « universaliste » selon laquelle il existerait une seule « bonne manière » de faire de la GRH.  Au-delà d’une initiation des étudiants à la GRH, le cours visera à leur donner les outils nécessaires à la compréhension d’une situation de travail et des problèmes qui peuvent en être issus. L’étudiant sera amené à comprendre les conflits organisationnels en évitant de se référer à une explication « psychologique » (dans le sens d’une attribution d’un trait de caractère). Il s’agira ici de développer une compétence de base plutôt que de former les étudiants au diagnostic organisationnel.  Cette compétence portera sur l’importance d’être attentif à la réalité quotidienne d’un travailleur et ainsi éviter une application « mécaniste » d’outils GRH « clés sur porte ».


Soft Skills

  • Prendre conscience de l’importance de la valorisation de ses « soft skills », ou « compétences douces », dans les sphères professionnelle et privée.
  • Envisager le processus d’apprentissage aux soft skills sur les trois années du BAC.

Acquis d'apprentissage (AA) et compétences

Sociologie et anthropologie du développement

Au terme du cours, l'étudiant sera, entre autres, capable de :
 
  • Prendre en compte les dimensions socio-anthropologiques dans la conception d’un projet/programme de développement
  • Prendre en compte les dimensions socio-anthropologiques dans la gestion, coordination et mise en ouvre d’un projet/programme de développement sur le terrain
  • Evaluer un projet/programme sous un angle socio-anthropologique (Chercheur / Consultant).
GRH en contexte multiculturel

Au terme du cours, l'étudiant sera, entre autres, capable de :
 
  • identifier le rôle de la GRH dans une organisation.
  • identifier les principaux mécanismes d'organisation et de coordination du travail.
  • comparer les différents modes d’organisation du travail et de gestion des ressources humaines.
  • analyser les principales modalités d’organisation du travail et de gestion des ressources humaines  dans un cas pratique simple.
  • nourrir une réflexion critique au sujet des principaux modes d’organisation du travail et de gestion des ressources humaines.

Soft Skills

Au terme du cours, l'étudiant sera capable de :
 
  • définir et comprendre les concepts et processus de construction des soft skills ;
  • utiliser la réflexivité afin de faire émerger la conscience de ses compétences et/ou d’en construire de nouvelles ;
  • se positionner comme acteur favorisant une dynamique collective d’apprentissage.

Au termes de l'UE, l'étudiant aura développé les compétences suivantes :
 
S'insérer dans un milieu professionnel et s’adapter à son évolution
- Collaborer à la résolution de problèmes complexes avec méthode, rigueur, proactivité et créativité
- Développer une approche responsable, critique et réflexive des pratiques professionnelles
Communiquer : écouter, informer, conseiller tant en interne qu’en externe - Rédiger des synthèses et des documents structurés adaptés au destinataire
- Fédérer, négocier et argumenter
- Assurer un rôle de médiateur
- Pratiquer l’écoute et l’empathie
- Exploiter les outils informatiques axés sur la communication.
Mobiliser les savoirs et savoir-faire techniques propres à la coopération internationale -Situer les acteurs de la coopération internationale au développement, le paysage institutionnel et associatif y afférent et les outils méthodologiques utiles.
-Identifier les sources potentielles de financement et les contraintes y afférentes.
-Exploiter les techniques de la recherche documentaire et les outils du traitement de l'information, notamment pour l'interprétation et la présentation des données
-Appliquer les techniques d'animation de groupe, notamment en situation locale.
Analyser les données utiles à la réalisation de sa mission en adoptant une démarche systémique -Discerner les modèles économiques, politiques et culturels
Identifier les besoins, les moyens et les potentialités en contexte
-Sélectionner et exploiter des données appropriées au projet
S'organiser: structurer, planifier, coordonner et gérer de manière rigoureuse les actions et les tâches liées à sa mission -Gérer des ressources humaines en contexte multiculturel
-Gérer des interrelations complexes, y compris entre les acteurs du projet et les institutions
-Gérer une équipe et favoriser les collaborations au sein du service ou du département

Contenu

Sociologie et anthropologie du développement

Le cours se subdivise en 4 modules :

  • Module 1: Histoire du développement. Evolution des paradigmes, acteurs et approches
  • Module 2: Culture, identité, zones sensibles et chocs culturels
  • Module 3: Des postures et démarches méthodologiques en socio-anthropoologie à l'analyse et l'évaluation socio-anthropologique de projets de coopération au développement
  • Module 4: Introduction à la transition écologique dans le cadre de la coopération au développement

GRH en contexte multiculturel

Le cours comprendra, notamment, les grandes parties suivantes :
 
  • Une brêve introduction à la sociologie complémentaire au cours d’approche sociologique et anthropologie du développement. L’accent sera mis sur la sociologie du travail et des organisations.
  • Un historique des grandes écoles de pensées en matière d’organisation du travail et de gestion des ressources humaines.
  • Un chapitre consacré à l’analyse des différents contextes organisationnels sur base de quelques critères simplifiés (coordination, buts, pouvoir).
  • Un chapitre consacré à l’analyse des différentes politiques GRH sur base de quelques grandes dimensions  (recrutement, formation, évaluation,..).
Soft Skills
 
  • Séances théoriques sur les soft skills : définitions, enjeux, processus évolutif, objet de controverse.
  • Travail collaboratif et expérientiel pour (co) construire ou renforcer les compétences douces. Activités établies avec les étudiants selon leurs besoins (avoir confiance en soi, travailler en équipe, gérer son stress, savoir communiquer oralement, être autonome, pouvoir s’adapter aux changements, gérer son intelligence émotionnelle, être créatif, avoir une posture critique, résoudre des problèmes, faire un travail réflexif, savoir négocier, etc.)

 

Dispositif d'apprentissage

Sociologie et anthropologie du développement

Moyens et méthode

  • Exposés théoriques synthétisés et illustrés du professeur et des étudiants.
  • Lectures (scientifique, grise, rapports d’organismes de CI, presse, etc.)
  • Etude de cas ciblés et exemples réels issus de programmes et projets développés dans diverses zones géographiques, divers secteurs professionnels et d’interventions.
  • Socioconstructivisme, travaux de recherche et exposés sur divers thèmes (démocratie, polygamie, etc.)
  • Dynamique interactive de questions-réponses; jeux de rôles et débats
  • Usage de supports audiovisuels
  • Intervenants exterieurs
  • Syllabus et notes de cours à disposition des étudiants.
Soft Skills

Apprentissages multiformes : théorique, réflexif, coopératif (intelligence collective et entre pairs) et expérientiel.
 

Mode d'évaluation (y compris pondération relative)

Sociologie et anthropologie du développement

Evaluation 1ère session : 90% examen oral et 10% participation aux activités de cours
Evaluation 2ème session : 100% examen oral

GRH en contexte multiculturel

Evaluation : 100% examen écrit prenant spécifiquement en compte les critères suivants:

-  Justesse de l’analyse
-  Etendue de l’analyse
-  Qualité de l’argumentation

Séminaire Soft Skills

Evaluation 1ère session :
50% Travail écrit via nancy.baptist@hepl.be, pour le 06/01/ 2021
50% Activités des séminaires

Evaluation 2ème session:
100% Travail écrit via nancy.baptist@hepl.be (01/06 - 18/08/2021)

L’évaluation finale d’une unité d’enseignement s’exprime sous forme d’une note  comprise entre 0 et 20.

  • La cote de l’UE (Unité d’enseignement) correspond à la moyenne arithmétique pondérée (proportionnellement aux heures de chaque AA dans l'UE) des cotes des diverses activités d’apprentissage qui constituent l’UE.
  • Si la cote d’au moins une des activités d’apprentissage de l’UE est inférieure ou égale à 7/20, la cote (moyenne arithmétique pondérée) attribuée à l’étudiant pour cette UE ne pourra dépasser 7/20.
  • Si la cote d’au moins une des activités d’apprentissage de l’UE est supérieure à 7/20, mais inférieure à 10/20, la cote (moyenne arithmétique pondérée) attribuée à l’étudiant pour cette UE ne pourra dépasser 9/20.

Sources, références et bibliographie

« Approche anthropologique et sociologique du développement » (bibliographie non-exhaustive):
 
Abélès, Marc. (2008). Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2012 [1ère éd. 2008].
Amselle Jean-Loup. (2001). Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion,
Atlani-Duault, Laëtitia & Vidal, Laurent (dir.). (2009). Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement. Des pratiques aux savoirs et des savoirs aux pratiques, Paris, Armand Colin.
Atlani- Duault,  Laëtitia. (2005). « Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance », Autrepart, n°35, IRD (éd), Paris, Armand Colin.
Bajoit, Guy. (1992). Pour une sociologie relationnelle, Paris, Presse Universitaires de France.
Bayart, Jean-François. (2003). Le gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard.
Bierschenk, Thomas., Olivier De Sardan, Jean-Pierre. (1993). « Les courtiers locaux du développement », Le Bulletin de l’APAD, n° 5 (mis en ligne le 04 juin 2008).
Bierschenk, Thomas., Olivier De Sardan, Jean-Pierre., (1998). «  Ecris: Enquête collective rapide d’identification des conflits et des groupes stratégiques », in Bierschenk, Thomas., Olivier de Sardan,  Jean-Pierre., Les pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala, pp. 253-272.
Bolaji, Ogunseye. (1997). Le secteur bénévole et le développement durable en Afrique. Les problématiques des ONG, Londres, IIED.
Bratton, Michael. (1987, Décembre).The Politics of Government-NGO Relations in Africa, Working Paper n°456, Institute for Development Studies, University of Nairobi, Décembre 1987.
Chauveau, Jean-Pierre. (1992). « Le "modèle participatif" de développement rural est-il "alternatif" ?», Le bulletin de l'APAD, n° 3 (mis en ligne le 5 juillet 2006).
Comeliau, Christian. (1991). Les relations Nord-Sud, Paris, La découverte, coll. « Repères ».
Cohen-Emerique, Margalit. (2011). Pour une approche interculturelle en travail social. Théories et pratiques, Rennes, Presses de l’EHESP.
Copans, Jean. (2010). Sociologie du développement. Domaines et approches, Paris, Armand Colin.
Copans, Jean & Freud, Claude (éd.). (2011). Les sciences sociales au miroir du développement, numéro spécial des Cahiers d’Études Africaines, Éd. de l’Ecole des Hautes Études en Sciences sociales,  n° 202-203.
Cuche, D., (2004). La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte.
De Maret, Pierre (dir)., Poncelet, Marc (dir). (1999). Les associations urbaines en Afrique Subsaharienne : types, fonctionnement et initiatives en matière de développement – Etudes de cas à Cotonou (Bénin), Lubumbashi (R.D.C) et Yaoundé (Cameroun), Recherche en Appui à la Politique de coopération CIUF-AGCD.
De Schutter, Olivier. (2012, Juillet). « On a oublié la petite paysannerie », interview de M. Schutter par Philippe Lamotte, La revue Valériane, n°96 juillet/août 2012.
Deubel, Philippe. (2008). « Les stratégies de développement », in Deubel, Phillipe., Analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Pearson Education, pp.463-513.
Develtere, Patrick., Aristide,  Michel. (2011). Chronique d’un demi-siècle de Coopération Belge au Développement, Royaume de Belgique, SPF des Affaires étrangères du  Commerce et de la Coopération au Développement.
Godelier, Maurice. (2007). Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel.
Gueye, Barra. (1999). « Où va la participation ? Expériences de l’Afrique de l’ouest francophone », London International Institute for Environment and Development, Dossier n°87.
Guichaoua, André & Goussaut, Yves. (1993). Sciences sociales et développement, Paris, Armand Colin.
Jaquemot, Pierre. (1988). « La désétatisation en Afrique subsaharienne. Enjeux et perspectives », Revue Tiers-Monde, Vol 29 n°114, pp. 271-293 (mis en ligne sur Persée)
Jones, Alexei. (2006). « L’apparition de la notion de participation dans la pensée et le discours du développement », Perspectives Internationales et Européennes (PIE), Perspectives  n°2, Mémoires et Thèses.
Khilnani, Sunil. (2001). « La société civile, une résurgence, Critique internationale », Presses de Sciences Po, 2001/1 n°10, pp.38-50.
Morin, Edgar. (2011) : La Voie. Pour l’avenir de l’humanité, Editions Fayard.

Olivier De Sardan, Jean-Pierre. (1995). Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, APAD – Karthala..
Olivier De Sardan, Jean-Pierre. (2001). « Les trois approches en anthropologie du développement », in Tiers-Monde, tome 42, n°168, pp. 729-754.
Van Reybrouck, David. (2012). Congo. Une histoire. Actes Sud
Van Reybrouck, David. (2014). Contre les élections. Babelio

GRH :
 
Friedberg, E., 1988, « L'analyse sociologique des organisations », Revue Pour, n° 28
PICHAULT, F. et NIZET, J., « Les pratiques de gestion des ressources humaines. Approches contingente et politique », Paris, Seuil, 2000, col. "Points/Essai Sciences humaines
NIZET, J. etPICHAULT, F.,« Introduction à la théorie des configurations. Du "one best way" à la diversité organisationnelle », Québec/Bruxelles, Gaëtan Morin/De Boeck Université, 2001
KUTY O., « La négociation des valeurs. Introduction à la sociologie », Bruxelles, Ed. De Boeck, coll. Ouvertures sociologiques, 2007 (1998). - Chapitre 4. : "Le travail en organsiation"

Soft Skills

ABBET Jean-Pierre.
s.d.      « L’interactivité des compétences sociales dans l’éducation et la formation : raison théoriques et implications empiriques ». Unité de recherche pour le pilotage des      systèmes pédagogiques. URSP. Lausanne.
 
BERRY V. et A. GARCIA
2016    « Éducation formelle et éducation informelle : regards croisés sur la notion de             compétence (transversale) ». Les compétences transversales en questions. Enjeux            éducatifs et pratiques des acteurs - Varia. 41.
 
FAULX D.
s.d.      « Évaluer les compétences sociales : une nécessité pour les organisations, un défi pour         les organismes de formation ». Unité d’Apprentissage et de Formation Continue des Adultes. Université de Liège.
 
FOUCAULT M.
1994    « Les techniques de soi ». 785-814, in M. Foucault, Dits et écrits, tome 4. Éditions          Gallimard. Paris
 
HERNANDEZ J.
2016    « Programme de développement des compétences sociales et d’insertion             professionnelle chez les étudiant.e.s : efficacité et limites ». L’orientation scolaire et      professionnelle. DOI : 10.4000/osp.5026.
 
MOLINIE M.
2002    « La socio-analyse : une médiation entre le sujet et son histoire ». L’autoformation,       fait social ? Sous la direction d’André Moisan et Philippe Carre. Aspects historiques et           sociologiques. Savoir et formation. L’Harmattan. pp 359-373.
 
OCDE, Organisation de Coopération et de Développement économiques.
2018    « Le futur de l’éducation et des compétences. Projet Éducation 2030. The futur We      Want ».
 
PSGO - Psychologie Sociale des Groupes et des Organisations
s.d.      « Pour mettre de l’ordre dans un désordre nécessaire. Soft Skills et société             hypermoderne ». ULiège.
 
THEURELLE-STEIN D. et I. BARTH.
2016    « Transmettre des compétences ‘qui ne s’apprennent pas’ : étude d’un dispositif        numérique d’identification et de développement des compétences douces ». Éduquer     et Former au monde de demain. ESPE Clermont. France
 
URCIUOLI B.
2015    « La ‘diversité’ comme capital : la re-conceptualisation néolibérale de la différence       linguistique et sociale ». Anthropologie et Sociétés. 39 (3). 91-114.
 
 

Supports pédagogiques

Approche anthropologique et sociologique du développement : Notes de cours écrites par la professeur par module (synthèse et articulation de plusieurs sources, dont celles citées ci-dessus), ainsi que d’une annexe composée d’un portefeuille de lectures. Vidéos illustratives et didactiques.

GRH : Ensemble de dias Powerpoint détaillées comprenant une synthèse complète de la matière + portefeuille de textes avec exercices corrigés et tableaux récapitulatifs.


La colonne « Heures » représente le nombre d’heures de cours par année.
La colonne « ECTS » représente le nombre de crédits pour chaque cours, c’est-à-dire le travail total à fournir par l’étudiant pour ce cours (cours théoriques, cours pratiques, travaux de groupe, recherche en bibliothèque, étude à domicile …). Un crédit ECTS représente en moyenne 30h de travail pour l’étudiant. En savoir plus sur le système ECTS

Attention : Dans un souci constant d’amélioration, les programmes des cours peuvent varier légèrement ou fondamentalement d’une année à l’autre. Un décalage peut donc exister entre ce qui est affiché sur ce site et la réalité.