Haute Ecole Libre Mosane

0ac1aec1-e5bd-4949-9a20-0f1e191ef2ac
f10d0a93-2824-4fe7-b868-7ebeff238368

Accompagner la maman de la grossesse à l'accouchement

Nous sommes là ! Et vous?

62c16309-4add-4ce2-b391-27726492a9ec

Profession du contact et de l’intimité par excellence, la formation de sage-femme a été particulièrement affectée par le confinement. Malgré tout, les enseignantes et les étudiantes sont parvenues à garder le contact en échangeant des capsules vidéos.

Les enseignantes et les étudiantes s’échangent des capsules vidéos pour se soutenir mutuellement.

« Votre vidéo est arrivée pile poil au bon moment pour moi, hier, alors que je sentais émerger une pointe de stress et de découragement » Coline

Des professionnelles de l’intimité

Le métier de sage-femme met en œuvre une relation particulière à l’intimité. Parce qu’il suscite une tension particulière entre la pudeur et la nécessité, mais également parce qu’il participe à l’émergence d’un noyau d’intimité nouvelle : un enfant voit le jour, une famille s’agrandit… Cette spécificité professionnelle se marque également dans l’accompagnement pédagogique propre à cette formation. En effet, chaque enseignante est référente personnelle d’une étudiante qu’elle «suit» tout au long de ses 4 années de formation. Bien entendu, cette relation humaine au long cours donne généralement naissance à des relations personnelles privilégiées.

Dès que le confinement a été décrété, les référentes ont pris contact avec leurs étudiantes mais, très vite, dans cette période d’incertitude, le besoin de soutien mutuel s’est fait sentir.
« Vous n’imaginez pas le courage que cela me donne pour la suite » Manon

Soutenir les étudiantes pour ne pas les « perdre »…

Bien entendu, toutes les enseignantes avaient envie de marquer leur soutien aux étudiantes. Elles voulaient à tout prix éviter de les « perdre », de les laisser se démotiver et baisser les bras. Elles avaient envie d’apporter un soutien « humain » et pas seulement pédagogique. Mais comment faire ?

Tout est parti d’un petit texte rédigé par une enseignante. Plutôt que de l’envoyer par mail, l’idée a surgi d’en faire une vidéo. Chaque enseignante a lu une partie du texte, en se filmant elle-même, chezelle, dans son intimité.
« Juste ce dont on avait besoin… » Manon
Evidemment, c’était un peu du bricolage, mais qu’importe: les enseignantes ont demandé un support technique à leurs enfants : vive les grands ados et les petits geeks ! Finalement, après quelques tâtonnements, chaque étudiante a reçu un lien vers la capsule vidéo.

Plus forts ensemble…

La réaction des étudiantes a été immédiate. Les témoignages de remerciement ont commencé à affluer. D’abord, c’était de simples e-mails puis, les étudiantes se sont coordonnées pour réaliser elles-mêmes leurs propres vidéos de remerciement pour leurs enseignantes. Une vidéo, cela ne compensera jamais le contact humain « en chair et en os », c’est entendu, mais il y a néanmoins quelque chose de précieux qui s’est joué dans la démarche que nous avons mise en place pour garder de la proximité malgré tout.

Laissons le dernier mot à Mathilde, une étudiante de dernière année: « Nous nous souviendrons encore longtemps de cette année 2020. Pas seulement du COVID-19, mais surtout de l’entraide, de la solidarité entre les personnes ».
« Cette vidéo est magnifique! J’en ai eu les larmes aux yeux » Salwa


Nathalie Dumont
Directrice du cursus Sage-femme de HELMo Sainte-Julienne.
n.dumont@helmo.be

 
Extrait de Edith 4, le mook de la Haute Ecole HELMo.

MERCI À NOS ANNONCEURS !


Contact: Sacha Munaut
Publié le : 06-01-21