Haute Ecole Libre Mosane

c1e0bc0f-079e-40cc-b96f-6db4af485377
c9dd9255-cc7d-418f-9555-4b9db3572650

Gramme : un grand nom pour une grande école

Un enseignant de Ste-Croix en Erasmus à Salzbourg

12104d4e-327c-4ec3-a60e-023b4b17a198

Ce petit groupe que vous voyez là est un concentré d’ « européanité » : des Grecs, des Danois, un Suédois, des Italiens, des Allemands, des Autrichiennes, un Belge (moi), un Français, une Anglaise, un Turc, une Tchèque et une Ukrainienne déambulant dans la ville natale de Mozart, la très baroque Salzbourg.

004-(1).JPGC’est que les activités culturelles ou parascolaires, favorisant les contacts informels, n’ont pas manqué : promenade commentée parmi les lieux importants de la ville, découverte de sculptures modernes disséminées dans le centre (pourquoi les cornichons n’auraient-ils pas le droit de faire l’objet d’une création artistique, à l’instar du dramaturge et poète allemand Schiller, à l’arrière-plan sur l’une des images ?), visite de la petite bourgade 002-(1).jpgfrontalière d’Oberndorf où fut composé l’ultracélèbre « Douce nuit », repas dans des brasseries et restaurants typiquement autrichiens, etcétéra. Saluons à ce propos l’excellente organisation de cette session de formation de 3 jours, organisée du 7 au 9 mai 2018 par la Haute école pédagogique Stefan Zweig de Salzbourg.

Ces activités touristiques et divertissantes (mais peu reposantes !) ponctuaient à notre grand bonheur des journées durant lesquelles les ateliers de formation se succédaient à un rythme pour ma part trop soutenu (il était tout à fait possible, pour peu qu’on se laisse uniquement 003.jpgporter par la curiosité intellectuelle et qu’on n’accorde pas trop d’attention à l’horaire, de se voir privé de temps de midi !). Concrètement, il m’a notamment été donné de participer à un atelier de création plastique animé par des Danois, à une activité d’éveil musical proposée par une enseignante autrichienne, à la démonstration de l’efficacité d’une méthode hongroise d’enseignement de chants folkloriques, à une excellente leçon de développement de la pensée critique par le biais du cinéma conçue et animée par un enseignant turc ou encore à une leçon de « littérature-action » (les élèves étudient le théâtre en participant à des micro-drames organisés par leurs pairs) animée en allemand par les étudiants d’une professeure autrichienne ; il s’agissait pour tous de proposer des 005.jpgméthodes innovantes dans l’enseignement de la musique, de l’art et des médias. L’atelier que j’ai quant à moi animé portait sur la peinture belge et proposait d’utiliser des œuvres comme support dans le cadre d’un cours de langue ; il s’agissait pour moi de démontrer – et je pense l’avoir fait avec une certaine réussite – que le discours sur l’art, moyennant une suite réfléchie d’activités, est également possible dans une langue qui nous est étrangère mais que l’on apprend, et que cette approche artistique de la langue permet de développer des compétences langagières et culturelles.

008.jpgJ’ai eu en outre l’occasion de discuter avec des étudiants autrichiens se formant pour la Neue Mittelschule (nouvelle structure d’enseignement secondaire, à mi-chemin entre le général et le qualifiant), qui du reste sont actuellement concernés, comme nous, par une réforme consistant en un allongement leur formation initiale ; ils passeront bientôt à un cursus de 6 années ! On remarquera concernant leur programme la souplesse avec laquelle sont constitués les appariements dans les études pédagogiques : les étudiants complètent leur formation 007.jpgpsychopédagogique en approfondissant leurs connaissances dans deux disciplines à choisir librement parmi les suivantes, disciplines qu’ils se destinent bien sûr à enseigner : allemand, mathématique, anglais, informatique, sport, éducation à l’image, biologie et connaissance de l’environnement, physique et chimie, géographie et économie, sciences sociopolitiques et histoire, musique, technologies, mode, sciences ménagères et nutrition, etc. (la liste est encore longue !). Les stages chez eux se déroulent durant toute l’année, à raison d’une journée par semaine, dispositif à priori intéressant mais que certains d’entre eux ne jugent pas très réaliste. Au sujet des stages, ajoutons que la Haute école Stefan Zweig abrite en ses murs une école primaire, lieu d’expérimentation idéal pour les futurs enseignants du fondamental.

006.jpgNotons enfin que la plupart des échanges, durant de telles sessions européennes d’ « inter-formation », se font en anglais (pas tous les échanges : le français, l’italien et l’espagnol sont souvent plus ou moins maitrisés par quelques enseignants) : lorsque l’animateur maitrise la langue, les ateliers sont souvent riches et bien menés ; un anglais plus approximatif a parfois une incidence sur la qualité des consignes et des échanges.  Néanmoins, l’intercompréhension m’a paru suffisante dans la plupart des cas.

Une belle expérience, sans hésitation.

Pierre-Yves Duchateau


Contact: Pierre-Yves Duchâteau
Publié le : 25-05-18