Haute Ecole Libre Mosane

fa4a5a76-3748-47b2-a797-e049a126d90b
13277cd0-34a2-49c3-a203-4ac24f086d9e

Think International

Sommes-nous des êtres solidaires ?

A travers différents concepts, des auteurs en sciences humaines et sociales ont approché cette thématique de la solidarité, directement ou plus indirectement. On songe par exemple aux théories du care ou du don.

Dans le prolongement des recherches menées en son sein, HELMo souhaitait faire le point sur ces questions, en collaboration avec la Haute Ecole Vinci et avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de l’Université de Liège. C’est ainsi que pas moins de 40 chercheurs internationaux venus d’Afrique, d’Amérique du Nord et d’Europe avaient été conviés ce jeudi 28 avril dernier à HELMo ESAS.

Ces derniers mois, ces derniers jours ont vu resurgir la notion de solidarité dans les discours publics. Cependant, celle-ci n’est plus pensée uniquement en référence à une solidarité étatique, à un État social, mais est prônée dans le chef de chaque individu, celui-ci étant invité ou prié de s’engager. La solidarité fait en outre l’objet d’initiatives personnelles qui constituent des formes d’engagement en vue de soutenir le vivre ensemble. Il conviendrait aujourd’hui que les individus témoignent d’une solidarité interindividuelle face à la « crise » climatique, face à la « crise » du coronavirus, ou encore face à l’été dévastateur que nous avons connu, avec ses inondations dans certains pays, ses records de température et ses incendies dans d’autres. Entre souci de l’autre et don de soi, l’individu peut toutefois être pris dans un discours paradoxal, puisque tantôt l’Etat fait appel à la solidarité interindividuelle, comme ce fut le cas lors des inondations en Belgique en juillet 2021 ou plus récemment de la guerre en Ukraine, tantôt il tente de criminaliser la solidarité, comme ce fut le cas face à la « crise » des migrants de 2015.

Ce colloque a permis, d’une part, d’interroger différentes pratiques, notamment pédagogiques et d’échanger sur leur potentiel d’innovation, et d’autre part, de découvrir le projet de chercheuses et chercheurs étudiant les pratiques de solidarité dans différentes institutions académiques (hautes écoles, universités, instituts de formation). Nous avons ainsi pu écouter la conférence de la Professeure Pascale Jamoulle qui est revenue sur des éléments ethnographiques mettant en évidence les pratiques de solidarité émergeant dans le contexte de la banlieue marseillaise. Elle a pris appui sur son dernier livre Je n’existais plus. Les mondes de l’emprise et de la déprise (La Découverte, 2021). Enfin, une table ronde rassemblant quatre grands témoins issus d’horizons divers a permis de prendre la mesure de la situation rencontrée dans différents contextes (jeunesse, pauvreté, santé mentale et coopération internationale) et des pratiques qui s’y développent. Ces personnes ont aussi rappelé avec force que la solidarité interindividuelle ne peut s’envisager que dans un rapport de complémentarité avec la solidarité étatique, au risque sinon d’en revenir à de la « simple » charité.
 
Ces échanges riches déboucheront sur un numéro thématique de la revue belge francophone L’Observatoire consacrée aux « solidarités citoyennes » (dont deux membres de l’équipe de rédaction étaient présents au colloque) et nourriront un projet de recherche FRHE porté par Jonathan Collin pour la Haute Ecole Vinci (objectif premier fixé au colloque qui visait à développer le réseau des chercheuses s’intéressant à cette thématique au sein des deux Hautes Ecoles partenaires). Les chercheuses seront Catherine Bert (HE Vinci) et Justine Contor (HELMo-ESAS). Une publication plus scientifique pourrait également s’envisager, mais nécessitera la réalisation de démarches complémentaires.
 
En conclusion, les participant.e.s au colloque ont apprécié cette journée et se sont quittés avec le souhait de poursuivre les échanges autour de la question des pratiques de solidarité interindividuelles. De belles rencontres ont eu lieu, des échanges fructueux ont été observés, des coordonnées ont été échangées et de nouveaux projets de collaboration ou de partenariats devraient émerger dans les prochains mois afin de poursuivre le travail engagé.
 
Toute information utile complémentaire peut être obtenue auprès de Jonathan Collin, Coordinateur des projets de recherche SHS au sein de HELMo CRIG : j.collin@helmo.be

Lire le texte de clôture du colloque


Contact: Jonathan Collin
Publié le : 18-05-22