Haute Ecole Libre Mosane

395bc3e3-e612-45f7-88b4-ebc8faa14386
cd8540dd-d8d1-4481-9c67-e5926f504870

Enseigner les langues germaniques dans le secondaire inférieur

Enseignant.e en Langues germaniques

Devenir enseignant en langues germaniques, c’est vivre au sein d’une option qui développe
une dynamique d’ouverture sur le monde anglophone, néerlandophone et germanophone,
par le biais de collaborations, de rencontres littéraires, d’échanges avec des étudiants des autres communautés de Belgique et d’activités culturelles diverses.

C’est aussi avoir le projet de participer à un échange Erasmus de minimum 3 mois dans un pays où pratiquer une des langues d’enseignement choisies. L’équipement particulier des locaux de langues permet également de se familiariser avec des ressources informatiques performantes.

formation




L'enseignant en Langues germaniques devra maîtriser et enseigner deux langues étrangères choisies : Néerlandais-Anglais ou Allemand-Anglais.



 

stages

Deux types d'activités permettent d'ancrer la réflexion théorique dans la pratique et d'entrer progressivement dans la profession :
 
  • Les Ateliers de Formation Professionnelle s'articulent tout spécialement autour de la construction de séquences de cours, par une collaboration des maîtres-assistants de la Haute Ecole et les professeurs de l'enseignement secondaire et donc en contact quotidien avec des classes;
  • Les stages (2x1 semaine en BLOC1, 2x2 semaines en BLOC2 et 10 ou 11 semaines en BLOC3) durant lesquels les étudiants découvrent les différents milieux d'enseignement, comme l'enseignement général, technique et professionnel mais aussi l'enseignement spécialisé ou les CEFA.


En BLOC1, le stage actif est précédé de trois jours d'immersion dans ce premier milieu professionnel.  En BLOC2, les étudiants démarrent leur stage dans les filière qualifiantes par une semaine d'essais pédagogiques non évalués.

modalités d'organisation des stages

Dans la section régendat, la détermination des écoles de stage est effectuée par et sous la responsabilité de la directrice de section, de la secrétaire des stages et des professeurs relais, avec le conseil des professeurs de l’option. Les étudiants ne prennent jamais directement contact avec les écoles pour chercher un lieu de stage ou un maitre de stage. Les contacts se font avec les maitres de stage uniquement après que la directrice de section ou son représentant a communiqué aux étudiants leurs lieux et maitres de stage.
 
Les principes de base qui régissent la détermination des écoles de stage sont les suivants :

  • un étudiant n’effectue jamais de stage dans son ancienne école secondaire ou dans une école où il a déjà effectué un stage précédent. De rares exceptions peuvent être envisagées pour des raisons  particulières dont la pertinence est appréciée par la directrice de section en collaboration avec les professeurs de l’option ;
  • tout étudiant à qui est attribuée une école de stage dans laquelle travaille un parent (père, mère, oncle, tante, frère, sœur) est tenu de le signaler dès la distribution des lieux de stage ;
  • les écoles se trouvant à proximité du domicile ou du kot des étudiants sont plutôt choisies pour les stages de troisième année, plus longs que ceux de première année.

Il est intéressant, pour la formation des futurs enseignants, que les lieux de stage soient aussi variés que possible tout au long du cursus. Chaque école possède sa culture, ses règles de vie, ses habitudes. Les publics aussi sont différents.
 
En première année, les deux stages s’effectuent dans la même école.
 
En deuxième année, deux stages de quinze jours chacun sont organisés, le premier dans l’enseignement de transition et le second, autant que possible, dans l’enseignement technique de qualification ou professionnel.  Le second stage est précédé d’une « semaine d’essais pédagogiques » dans l’école de stage.
 
En troisième année, quatre stages sont prévus : deux stages de 3 et 5 semaines dans l’enseignement ordinaire de transition et de qualification, un stage d’une semaine dans l’enseignement spécialisé, dans un CEFA ou en promotion sociale et un stage d’une semaine dans le primaire.  Les étudiants peuvent demander de consacrer une ou deux des 5 semaines de leur deuxième stage dans l’enseignement ordinaire à un stage dans une autre institution ou organisation en lien avec leur TFE.

Debouchés

Les diplômés en langues germaniques peuvent enseigner dans toutes les filières de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et prendre en charge les élèves de la 1ère à la 3ème dans le secondaire de transition (général et technique), et jusqu’à la 4ème dans les filières qualifiantes (technique et professionnel).

Ils peuvent également enseigner à l’école fondamentale.

Dans les années à venir, la demande d’enseignants en langues sera importante. Par ailleurs, le bagage linguistique acquis au cours de la formation peut ouvrir d’autres portes.

passerelles

Passerelles fréquentes chez nos diplômés :
 
  • Master en Sciences de l'éducation
  • Master en Langues et lettres modernes
  • Master en linguistique
  • Master en Information et communication
  • Master en Arts du spectacle

Points forts

Participation à un programme d'échange ERASMUS

En BLOC3, les étudiants participent tous à un programme d'échange Erasmus, de minimum 3 mois dans un pays où ils pourront pratiquer activement une de leurs langues d'enseignement.  Des échanges de courte durée sont auss possibles au fil de la formation.  Un stage est également effectué dans l'enseignement fondamental.

Les professeurs de l'option développent une dynamique d'ouverture sur le monde anglophone, néerlandophone et germanophone, par le biais de collaboration, de rencontres littéraires, d'échanges avec des étudiants des autres communautés de Belgique et d'activités culturelles diverses.

L'option langues germaniques met à la disposition des étudiants des locaux de lanques avec un équipement à la pointe pour se familiariser à l'utilisation de ressources informatiques performantes (TBI,...).