Haute Ecole Libre Mosane

56aadeec-1fb7-4a88-a4c0-2201bf5c8668
54429fcf-aa27-43f6-b958-e650c4581146

Enseigner les mathématiques dans le secondaire inférieur

Enseignant.e en Mathématiques

Devenir enseignant en mathématique, c’est vivre au sein d’une option dynamique qui travaille en liaison avec l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire supérieur, mais aussi avoir le projet de mettre en place des situations qui favorisent l’apprentissage des mathématiques à travers la résolution d’activités, de problèmes, d’exercices que les étudiants pourront réinvestir dans leurs propres classes.

C'est aussi être capable de dispenser un enseignement efficace et correct notamment dans les domaines du calcul numérique, de l'algèbre et de la géométrie.

C'est avoir l'envie de donner le goût des mathématiques et plus largement, de la démarche scientifique, à des jeunes adolscents.  Le professeur, hier professionnel de l'enseignement, est devenu un professionnel de l'apprentissage.  Il ne transmet plus le savoir mais veille à mettre en place des situations qui favorisent l'apprentissage des mathématiques chez les élèves.  Il doit par conséquent non seulement maîtriser les matières enseignées, prendre de la distance par rapport à ces matières mais également maîtriser la méthodologie générale et la didactique de la discipline

formation



Cet objectif ambitieux se fait à travers la résolution d'activités, de problèmes, d'exercices que les étudiants pourront réinvestir dans leurs propres classes.  Les savoirs, principalement axés sur les notions fondamentales du programme des quatre premières années du secondaire, sont reconstruits et analysés sur le plan didactique, des liens avec l'enseignement primaire et avec l'enseignement du secondaire supérieur sont réalisés.
 

STAGES


Deux types d'activités permettent d'ancrer la réflexion théorique dans la pratique et d'entrer progressivement dans la profession : les Ateliers de Formation Professionnelle (AFP) et les stages.

  • Les Ateliers de Formation Professionnelle s'articulent tout spécialement autour de la construction de séquences de cours, par une collaboration des maîtres-assistants de la Haute Ecole et les professeurs de l'enseignement secondaire et donc en contact quotidien avec des classes;

  • Les stages (2x1 semaine en 1ère année, 2x2 semaines en deuxième année et 10 ou 11 semaines en troisième année) durant lesquels les étudiants découvrent les différents milieux d'enseignement, comme l'enseignement général, technique et professionnel mais aussi l'enseignement spécialisé ou les CEFA.

 

 En BLOC 1, le stage actif est précédé de trois journées d'immersion dans ce premier milieu professionnel.  En BLOC 2, les étudiants démarrent leur stage dans les filières qualifiantes par une semaine d'essais pédagogiques non évalués.

 

Modalités d’organisation des stages

Dans la section régendat, la détermination des écoles de stage est effectuée par et sous la responsabilité de la directrice de section, de la secrétaire des stages et des professeurs relais, avec le conseil des professeurs de l’option. Les étudiants ne prennent jamais directement contact avec les écoles pour chercher un lieu de stage ou un maitre de stage. Les contacts se font avec les maitres de stage uniquement après que la directrice de section ou son représentant a communiqué aux étudiants leurs lieux et maitres de stage.
 
Les principes de base qui régissent la détermination des écoles de stage sont les suivants :

  • un étudiant n’effectue jamais de stage dans son ancienne école secondaire ou dans une école où il a déjà effectué un stage précédent. De rares exceptions peuvent être envisagées pour des raisons  particulières dont la pertinence est appréciée par la directrice de section en collaboration avec les professeurs de l’option ;
  • tout étudiant à qui est attribuée une école de stage dans laquelle travaille un parent (père, mère, oncle, tante, frère, sœur) est tenu de le signaler dès la distribution des lieux de stage ;
  • les écoles se trouvant à proximité du domicile ou du kot des étudiants sont plutôt choisies pour les stages de troisième année, plus longs que ceux de première année.

Il est intéressant, pour la formation des futurs enseignants, que les lieux de stage soient aussi variés que possible tout au long du cursus. Chaque école possède sa culture, ses règles de vie, ses habitudes. Les publics aussi sont différents.
 
En première année, les deux stages s’effectuent dans la même école.
 
En deuxième année, deux stages de quinze jours chacun sont organisés, le premier dans l’enseignement de transition et le second, autant que possible, dans l’enseignement technique de qualification ou professionnel.  Le second stage est précédé d’une « semaine d’essais pédagogiques » dans l’école de stage.
 
En troisième année, quatre stages sont prévus : deux stages de 3 et 5 semaines dans l’enseignement ordinaire de transition et de qualification, un stage d’une semaine dans l’enseignement spécialisé, dans un CEFA ou en promotion sociale et un stage d’une semaine dans le primaire.  Les étudiants peuvent demander de consacrer une ou deux des 5 semaines de leur deuxième stage dans l’enseignement ordinaire à un stage dans une autre institution ou organisation en lien avec leur TFE.

Débouchés



Les diplômés en mathématiques peuvent enseigner dans toutes les filières de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles et prendre en charge les élèves de la 1ère à la 3ème dans le secondaire de transition (général et technique), et jusqu’à la 4ème dans les filières qualifiantes (technique et professionnel).  Certains travaillent également dans l’enseignement spécialisé.

passerelles

Un bachelier AESI en mathématiques peut notamment accéder à ces masters :
 
  • Master en Sciences de l’éducation
  • Master en Sciences et gestion de l'environnement

Points forts

Le point fort de la formation est d'articuler la maîtrise des savoirs de base enseignés dans le secondaire inférieur, la didactique de la discipline (par exemple en analysant des activités qui donnent du sens aux apprentissages mathématiques) et les méthodologies qui permettront aux élèves du secondaire de construire leurs apprentissages mathématiques. Les étudiants sont immergés dès leur arrivée dans un contexte qui leur permet de préparer des activités originales (via un rallye mathématique) qu'ils feront vivre à des élèves du premier degré de l'enseignement secondaire et qui intégreront des mathématiques citoyennes, utiles dans la vie quotidienne.